Share

 

Pendant la révolution française, les communes autonomes occupèrent une grande partie du champ politique. Ces assemblées locales, ouvertes à tous les adultes masculins, se chargèrent non seulement des questions locales, mais aussi des questions nationales. Après décembre 1789, de telles assemblées devinrent la base légale du gouvernement municipal dans toutes les grandes villes de France : Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse…

Les assemblées de section de 1793 furent les institutions les plus démocratiques et les plus radicales à surgir au cours de la Révolution française.

En 1789, pour désigner qui seraient les représentants du Tiers-Etat aux États Généraux convoqués par le roi, la monarchie fut obligée de créer des districts électoraux dans toute la France : dans chaque district, les habitants furent priés de se réunir, pour choisir un grand électeur : quelqu’un qui voterait pour élire les représentants du Tiers-Etat.

 

LA MULTIPLICATION des ASSEMBLÉES DE VILLAGE/QUARTIER/VILLE PENDANT LA RÉVOLUTION 

 

A Paris, 60 assemblées de district furent ainsi créées… Seulement, après avoir désigné leur grand électeur, les assemblées continuèrent à se réunir, même si elles avaient perdu leur justification légale ! « Ainsi, alors même que les États Généraux – bientôt convertis en Assemblée nationale – siégeaient à Versailles, les assemblées de district de Paris continuaient à se réunir comme corps quasi légaux, agissant comme gardiennes de leurs libertés.

Après décembre 1789, de telles assemblées devinrent la base légale du gouvernement municipal dans toutes les grandes villes de France. » (1) Lyon, Marseille, Bordeaux et Toulouse furent également divisées en sections dont les assemblées s’occupaient des affaires de la communauté. « Collectivement, les diverses sections contrôlaient la commune centrale de la cité » (2).

Ces assemblées locales se chargèrent non seulement des questions locales, mais aussi des questions nationales.

 

LES ASSEMBLÉES DE QUARTIER PARISIENNES

ET LA COMMUNE DE PARIS

 

« Ce mouvement des sections, qui grandit à Paris en 1792 et 1793, était un phénomène conscient de démocratie directe. Tous les hommes adultes pouvaient participer aux assemblées. Que leurs membres soient ou non des radicaux politiques, chaque assemblée populaire était le corps délibérant et décisionnel de la section. Sur le plan idéologique, les sectionnaires considéraient la souveraineté populaire comme un droit inaliénable appartenant à tous les citoyens, un droit qui ne pouvait être délégué aux représentants à l’Assemblée nationale. » (3). Ces assemblées de quartier pouvaient avoir lieu dans des chapelles ou des églises expropriées.

Chaque assemblée de section élisait 6 députés à la Commune de Paris, dont une des principales fonctions était de coordonner toutes les sections de la cité. « Chaque section disposait aussi de plusieurs comités qui remplissaient diverses fonctions comme la police, les fournitures, les finances (…). Chaque section avait également son propre bataillon de la Garde nationale (les gardes nationaux étaient élus par les assemblées de section elles-mêmes), doté d’une unité d’artillerie, sur lequel elle exerçait un contrôle absolu et dont elle seule pouvait autoriser les mouvements.

« En 1793, au sommet de la démocratie radicale à Paris, la vie dans les sections étaient vibrante, remplie de controverses et truculente. Les périodes de crise pouvaient attirer un millier de citoyens et plus aux assemblées, faisant salle comble pour de vigoureux débats où s’affrontaient avec passion les différentes factions (…) De furieuses confrontations dégénéraient fréquemment en menaces, cris et récriminations mutuelles, allant même jusqu’aux échanges de coups de poing ».

 

LE PROJET DE « COMMUNE DES COMMUNES »

 

Les sectionnaires radicaux qui occupèrent ce champ politique sont ceux-là même qui avaient envahi les Tuileries en août 1792 et déposé le Roi, ce qui allait conduire à son exécution. Ce sont eux qui réussirent presque à déclencher une insurrection radicale contre la Convention en 1793. Si cette insurrection avait réussi, elle aurait pu donner tous les pouvoirs à une confédération nationale des sections.

C’est pendant cette dernière période d’effervescence que le démocrate radical Jean Varlet de la section des Droits de l’Homme tenta d’organiser les délégués de chaque section en un gouvernement parallèle pour former la « Commune des communes », une confédération des villes et villages de toute la France, pour renverser la Convention nationale. Les sectionnaires radicaux furent réellement à l’avant-garde du mouvement révolutionnaire en France. C’est certainement pour cette raison que leurs chefs furent parmi les premiers emprisonnés par les Jacobins quand ceux-ci prirent le pouvoir en juin 1793.

Dérivées des assemblées de district, les sections s’étaient poussées à l’avant-scène au mépris de l’Etat-nation qui les avait créées et jouèrent le rôle de locomotive dans la radicalisation de l’une des grandes révolutions de l’histoire. Elles se perpétuèrent pour former la structure institutionnelle d’une extraordinaire démocratie directe, et à ce titre, elles constituent un autre moment crucial de cette tradition éternelle ». (4)

 

NOTES :

(1) : Janet Biehl (avec la collaboration de Murray Bookchin), Le municipalisme libertaire, Éditions Ecosociété, 1998, Montréal, Québec, p. 77

(2) : ibid, p. 78

(3) : ibid, p. 78

(4) : ibid, p. 79-80